À bientôt

Jeudi 18 Janvier 2018

Calendrier des activités

Janvier 2018
D L Ma Me J V S
31 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3

Devenez Publicitaire

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Faire un don

Easy Joomla Paypal Payment / Donations Module

Statistiques du site

  • Unique Visits Today56
  • Unique Visits Yesterday41
  • Visits This Week176
  • Visits Previous Week337

Activité en ligne

Nous avons 49 invités et aucun membre en ligne

MySpaceMySpace

Éduquer ! Pour quoi ?

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Le choix de débattre de l'éducation dans le numéro 3 tout entier d'automne 2003 ne va pas sans le risque d'aligner concepts, jugements, articles et interviews, sans pour autant se rendre à l'essentiel. Le risque est de discuter du comment de l'éducation avant de s'être interrogé sur son pour quoi et d'avoir pleinement pris conscience du lien entre le projet de société que l'on a, ou dont on ignore le manque, et le type d'éducation que l'on favorise.

Un numéro entier de la revue n'aurait pas été de trop pour nous poser cette simple question préliminaire et fondamentale : « Veut-on éduquer pour façonner des hommes et des femmes en vue du Marché, qui est roi et qui, lui, façonne le monde à sa guise, au profit de quelques-uns ? Ou bien voulons-nous éduquer pour que le monde soit façonné en vue de plus de justice, de fraternité, de paix, de joie, si ce sont là les valeurs que nous souhaitons promouvoir ? »

Les puissances coloniales se sont souciées d'éducation dans leurs territoires outremer. Elles ne se sont pas interrogées sur le type d'éducation qui conviendrait à ces pays de cultures différentes de la leur. Les programmes d'enseignements étaient calqués sur ceux de la métropole, dont l'efficacité était prouvée dans un autre contexte pour former de bons serviteurs de l'État. Consciemment ou non, ces systèmes étaient au service d'une civilisation qui apportait dans ses bagages, aussi bien le concept d'État-nation, que la domination économique ou culturelle, voire religieuse, car les organisations missionnaires étaient très actives dans les programmes d'éducation des pays conquis.

Le Québec a connu des périodes de son histoire où science, culture et religion cohabitaient dans des systèmes d'éducation qui se souciaient de transmettre des valeurs tout autant que des connaissances. Cette cohabitation avait ses avantages, mais elle s'est parfois faite au détriment des valeurs scientifiques aussi bien que des valeurs évangéliques.

De nos jours, l'enseignement tend à devenir de plus en plus utilitaire, et c'est pourquoi j'emploie, pour le signaler le mot enseignement plutôt que le mot éducation. En outre, le grand projet humain du droit de tous à l'enseignement se trouve menacé dans de nombreux pays par des projets de privatisation. L'enseignement risque de devenir, si ce n'est déjà le cas, une denrée qui se vendra comme n'importe quelle autre … à ceux qui ont les moyens de payer. Que deviendrons, dans cette grande foire mondiale, les particularismes qui donnent à chaque culture son caractère ?

Au milieu de tous ces bouleversements, qui sont loin d'être limités au Québec, qui prend le temps de se poser cette autre question : « Qui doit transmettre les valeurs ?» Pendant de nombreuses années les spécialistes de l'enseignement ont peut-être trop déchargé les parents ou les citoyens et citoyennes ordinaires de ces tâches d'éducateurs et éducatrices dont dépendent pourtant le type de société que nous lèguerons à nos enfants et petits-enfants.

Tout compte fait, je crois que Vents Croisés avait raison d'ouvrir ce grand dossier de l'éducation, à condition que l'on ne le referme pas à la fin du présent numéro. Poser les vraies questions est aussi important que de chercher à y donner des réponses. Nous espérons que les réactions des lecteurs et des lectrices permettront de maintenir ouvert, dans les numéros qui vont suivre, un franc débat sur l'éducation, qui ne serait pas nécessairement limité au Courrier des lecteurs. 

À vos plumes ou à vos courriers électroniques ! … et Vents croisés aura rempli sa mission d'être la « Voix des Sans-voix ».

MySpaceMySpace

logo nous avons lu2

Les éditions passées

no_17.jpg

Suggestions de lecture

l'humanitaire

 


 

Open source productions