À bientôt

Samedi 16 Décembre 2017

Calendrier des activités

Décembre 2017
D L Ma Me J V S
26 27 28 29 30 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6

Devenez Publicitaire

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Faire un don

Easy Joomla Paypal Payment / Donations Module

Statistiques du site

  • Unique Visits Today72
  • Unique Visits Yesterday43
  • Visits This Week257
  • Visits Previous Week247

Activité en ligne

Nous avons 7 invités et aucun membre en ligne

MySpaceMySpace

Égalité dans un monde inégal

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Il y a déjà eu beaucoup de façons de définir l’égalité. Pour les socialistes du dix-neuvième siècle, ce fut : « À chacun selon son travail ». Puis pour les communistes, le slogan est devenu : « À chacun selon ses besoins », une approche similaire à celle que l’on retrouve dans la Déclaration universelle des Droits de l’Homme qui a suivi la Seconde Guerre mondiale. Et certes les besoins varient suivant les endroits de la planète où l’on se trouve.
Si l’on prend par exemple les coûts relatifs au logement, il n’y a guère de comparaisons entre les pays à climat modéré et les zones très froides de la planète. Mais même avec des climats identiques, les loyers ou le prix des maisons varient grandement en fonction des concentrations urbaines et de la spéculation possible dès que les terrains se raréfient, surtout s’il s’agit d’une mégapole bordée par une étendue d’eau qui interdit l’expansion dans une des directions. Les prix peuvent varier d’au moins un à dix suivant qu’il s’agit d’une petite ville de campagne ou d’une cité de plusieurs millions d’habitants. Même les Montréalais sont favorisés par rapport aux Canadiens qui vivent à Toronto ou à Vancouver, eux-mêmes n’ayant rien à envier aux New-Yorkais, Parisiens, Londoniens ou résidents de Tokyo et de Hong Kong.

Il n’y a pas que le logement qui présente ce type d’inégalités. J’ai eu le privilège de résider au Népal pendant près de deux ans tout au début des années 90. Il n’était pas rare d’y trouver des produits manufacturés de qualité égale aux produits occidentaux et qui coûtaient de cinq à dix fois moins cher que dans les magasins canadiens. C’était le cas par exemple pour des lames de rasoir fabriquées en Inde sous licence Gilette pour ne rien dire des produits pharmaceutiques. Une des raisons de ces différences est que les divers intermédiaires dans la commercialisation des produits se contentent de très petites marges bénéficiaires. Je pouvais changer de l’argent à la banque moyennant une commission d’un dixième d’un pour cent, alors qu’en Occident les banques prélèvent environ 3 % et beaucoup plus dans les lieux tels que les aéroports et zones touristiques.
Comparer les produits intérieurs bruts par habitant des divers pays donne une notion complètement inexacte des niveaux de vie des populations, en particulier pour les couches les moins fortunées. Chaque acteur dans la chaîne de production et de commercialisation d’un produit, qui profite d’une situation favorable lui permettant de tirer un peu trop la couverture de son côté, contribue à accroître les inégalités dans notre monde.
Tricher avec le Trésor public aboutit à un résultat identique. De toute façon, même les plus pauvres sont toujours les riches pour ceux et celle qui sont encore plus pauvres qu’eux.
La lutte contre les inégalités criantes est l’affaire de tous et de toutes et ne se règlera jamais uniquement avec des lois plus justes et mieux respectées. Mon expérience est que les plus démunis sont en général plus généreux que les plus riches.
La société civile qui les représente parviendra-t-elle à faire entendre leurs voix ?

MySpaceMySpace

logo nous avons lu2

Les éditions passées

no_20.jpg

Suggestions de lecture

l'humanitaire

 


 

Open source productions