À bientôt

Lundi 22 Mai 2017

Calendrier des activités

Mai 2017
D L Ma Me J V S
30 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3

Devenez Publicitaire

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Faire un don

Easy Joomla Paypal Payment / Donations Module

Statistiques du site

  • Unique Visits Today39
  • Unique Visits Yesterday15
  • Visits This Week144
  • Visits Previous Week290

Activité en ligne

Nous avons 43 invités et aucun membre en ligne

MySpaceMySpace

Harmonie naturelle

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Quand on regarde la variété du monde qui nous entoure, que ce soit les règnes animal, végétal ou minéral, on a l'impression d’être très loin de la rigueur des mathématiques et que le "2+2=4" qui fonde cette science ne permet pas une telle diversité des formes, des sons, des couleurs.
Pourtant, force est de constater que les grands mathématiciens de l'antiquité, pensons en particulier à Pythagore, étaient peut-être avant tout des philosophes. C'est en se penchant sur les mystères de la nature et du coeur humain qu'ils ont commencé à percevoir un ordre qui régit l'univers et que les mathématiques permettaient peu à peu d'illustrer.
Puis on découvrit que les graines qui forment le coeur de la fleur de soleil, tout comme les coquilles de nautilus illustraient de façon saisissante les spirales que l'on pouvait tracer à partir de la suite de Fibronaci : 1,2,3,5,8,13,21,34,55,89,144, etc. dont chaque nombre est la somme des deux nombres qui le précèdent dans cette suite.


Platon, sans doute le plus grand philosophe de tous les temps, n'était certainement pas étranger à la géométrie, sinon on n'aurait pas appelé "solides de Platon" les cinq polyèdres dont tous les angles, cotés et faces sont semblables et qui se trouvent illustrer la façon dont l'univers est passé de sa phase unicellulaire aux phases pluricellulaires qui ont suivi.
Les architectes grecs ont su concevoir des colonnes galbées pour supporter les couronnements de leurs temples, ce galbe faisant que l'oeil humain les perçoit comme plus sveltes alors que 2 000 ans plus tard les colonnes de la plupart des monuments plus "modernes" sont de simples cylindres que la perspective déforme de façon moins harmonieuse. Il suffit de comparer le Parthénon d'Athènes et le Panthéon de Paris pour voir la différence.
Cette science d'une harmonie naturelle qui s'était perdue a été retrouvée au Moyen-Âge par les Templiers qui l'ont mise en oeuvre lors de la conception des cathédrales gothiques où les nécessités de la solidité structurelle ne se fait pas aux dépens de la grâce des formes. Le fameux Pont d'Avignon, conçu et réalisé vers la même époque par les "Frères pontifes" s'inspirait des mêmes règles. Il a été décrit comme "un pont léger comme le ciel". S'il s'est écroulé au fil des ans, c'est que ses bâtisseurs avaient surestimé la résistance à l'érosion de la roche sur laquelle ils avaient assis les piliers.
Eiffel, le concepteur de la tour qui porte son nom, avait le sens de la façon dont les efforts se transmettent dans la matière. Il a su concevoir une tour dont les membrures suivent le tracé de ces efforts, donnant ainsi à sa tour une légèreté remarquable. Elle est en effet plus légère que l'air renfermé dans la boite prismatique à base carrée qui contiendrait la tour, ce qui revient à dire qu'elle aussi est "légère comme le ciel".
Nous disposons maintenant de matériaux plus performants et pourtant la tour du stade olympique choque par sa lourdeur, l'Oratoire Saint Joseph est comme écrasé par un dôme trop volumineux et on se questionne sur le moyen de doter la tour de Radio Canada d'une élégance qui lui fait cruellement défaut.
Quant aux gratte-ciel modernes, ils présentent bien souvent des façades désespérément dénuées de relief. Pourquoi ? Tout simplement parce que la surface qui sert au calcul du loyer se calcule jusqu'à la ligne des vitres. Pousser le vitrage vers l'extérieur, jusqu'à la limite permise par la réglementation, même si cela n'augmente pas la surface utile, augmente substantiellement la rentabilité de l'investissement, mais nous éloigne de l'harmonie naturelle. Il faut parfois avoir le courage de choisir entre le profit et la Beauté.
J.R.

MySpaceMySpace

Lus pour vous

lupourvousimage

Les éditions passées

no_18.jpg

Suggestions de lecture

l'humanitaire

 


 

Open source productions