À bientôt

Samedi 25 Février 2017

Calendrier des activités

Février 2017
D L Ma Me J V S
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 1 2 3 4

Devenez Publicitaire

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Faire un don

Easy Joomla Paypal Payment / Donations Module

Statistiques du site

  • Unique Visits Today39
  • Unique Visits Yesterday4
  • Visits This Week166
  • Visits Previous Week157

Activité en ligne

Nous avons 56 invités et aucun membre en ligne

MySpaceMySpace

Mystérieuse beauté

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

La beauté dans tout ce qu’elle offre de merveilleux induit l’exaltation. Elle comporte une forme de richesse intangible mais combien présente.
La beauté fait intervenir chacun de nos sens. On parlera de la beauté d’une femme au galbe de ses formes, à la finesse et l’harmonie de ses traits, au regard dégagé. On parlera de la beauté à nos yeux d’une architecture selon l’harmonie et l’équilibre du style de la structure, de la beauté à nos oreilles d’une mélodie, de la beauté au toucher de la soie selon son motif et sa finesse, de la beauté à notre odorat d’un parfum ou d’une fragrance. On peut parler de la beauté d’un discours par la voix et le style de l’orateur susceptible de charmer son audience et à son adresse à susciter et retenir son attention. La beauté comporte en fait de multiples dimensions.


La beauté peut également être le reflet de l’intérieur de l’individu. On fait alors allusion à la beauté du cœur, à la beauté des valeurs morales dont il témoigne. On dira qu’une personne est belle non pas en faisant allusion à ses traits ou son allure physiques mais plutôt par les attitudes et les comportements dont elle fait preuve.  Cette beauté s’approche davantage de la notion du bien et du mal.
La beauté peut être naturelle ou construite. Dans la nature, la beauté est présente partout, que ce soit à travers les muscles bandés du félin en embuscade ou de sa proie qui tente d’y échapper par ses élans et ses bonds. Elle est également construite parfois par l’animal mais surtout par l’homme. Certains oiseaux sont amenés à construire un nid d’une infinie complexité dans le seul but d’y attirer une femelle. Qui d’entre nous n’a pas été amené à regarder avidement les cumulus dans le ciel composant mille formes variant au gré des vents. Chez l’homme, elle se manifeste via les arts mais également dans le travail et l’action. La beauté se manifeste aussi bien chez l’artiste qui manie son pinceau ou son fusain qu’à travers la main experte du maçon ou du menuisier. Elle survient à travers une attitude chaleureuse ou un comportement d’entraide et de solidarité.
La beauté est également relative, pouvant sombrer dans la laideur aux yeux d’un autre. Lorsque nous étions adolescents, certaines mélodies à la mode étaient presque vénérées alors que cette musique était jugée sans sens, voire immonde, et rejetée par nos ainés la trouvant trop « in ». Ou encore de nos jours ces tatous dont la nouvelle génération se couvre l’épiderme alors que les plus âgés d’entre nous les considèrent presque comme un blasphème à leur corps.
Rechercher la beauté, c’est pénétrer dans un labyrinthe merveilleux où l’on est susceptible d’être séduit dans notre entièreté. Rechercher la beauté, c’est aussi malheureusement découvrir parfois la laideur.
La beauté physique a le désavantage d’être limitée, à niveau variable et relative à chacun. La beauté de l’intérieur est illimitée et beaucoup plus universelle. C’est à elle seule que s’adresse le souhait de mener le monde. 
Souvent, la Beauté nous semble faite de rien, ou de tout, mais un tout réuni dans une harmonie, une Unité, source de Paix et de Joie. Pensons à un sourire, que ce soit celui d'un enfant, ou de la Joconde, ou tout simplement celui de notre bien-aimé(e) illuminé par l'Amour. Pensons au mystère des fleurs des champs, des couleurs du couchant, ou bien laissons-nous rejoindre par le flamboiement des feuillages d'automne ou par le soleil qui fait scintiller l'eau des rivières ou la neige fraîchement tombée. Et l'on pense soudain à cette phrase du poète : « Objets inanimés avez-vous donc une âme qui s'attache à notre âme et la force d'aimer. »
Dans les recoins éloignés des brousses africaines, les habitations, aussi bien que les greniers à grains, sont construits avec des matériaux locaux, argile et branchages, tout à fait en harmonie avec l'environnement. Mais si on s'approche des lieux dits "civilisés", apparaissent des structures en béton aux formes anguleuses, aux couleurs agressives, comme si le progrès ne pouvait que se faire au détriment de la beauté.
Les artistes grecs n'ont pas trouvé mieux que de sculpter dans la pierre des représentations du corps humain. Mais qu'est-ce qu'un corps humain, sinon de l'Amour (espérons-le) devenu matière, et esprit. Il semble bien que tout ce que nous connaissons du Cosmos a été conçu par le Grand Architecte comme devant répondre à des critères de Beauté.
Beauté de l'Être
On a donc l'impression que la Beauté nous renvoie à notre propre mystère, derrière lequel se cache, timidement, notre Vérité. Mais pourquoi la cacher ? C'est beau, c'est lumineux le coeur d'un homme ou d'une femme qui, à certains moments a pu être façonné par les erreurs, voire la déchéance, et qui, malgré cela, accepte de s'ouvrir.
Certaines religions insistent sur le devoir d'aimer les autres comme soi-même, mais elles oublient d'apprendre à leurs adeptes à s'aimer soi-même. Peut-être ont-elles trop tendance à définir un modèle figé de "perfection", alors que Lama Anagarika Govinda fait remarquer : « Nous essayons en vain de maintenir notre humanité, notre ego illusoire, contre le courant irrésistible de conditions et de formes sans cesse changeantes. C'est la peur qui entoure chaque être comme un mur et le sépare des autres, et d'une vie plus haute. » La peur, même la peur de la laideur, n'est pas propice à la Beauté. Voir nos manques, c'est entrouvrir la porte pour que la Vérité nous transforme, nous rende libres.
J'ai eu le privilège, pendant quelques années, de visiter des malades dans les hôpitaux. je dis bien le privilège car la très grande majorité des patients et patientes hospitalisés ont laissé tomber ce masque que nous portons tous et toutes durant notre vie de tous les jours. Alors que quand nous nous permettons d'être vrais, nous sommes généralement beaucoup plus beaux que ce que nous cherchons à paraître, souvent, il faut le reconnaître, pour répondre aux attentes de notre entourage.
Parfois, pourtant, ce n'est pas un masque mais bien plutôt l'usure du temps et de travaux trop durs, tout autant que les soucis quotidiens qui contribuera à faire disparaître notre Beauté naturelle. Dans un reportage célèbre, intitulé "Mozart assassiné", Antoine de Saint-Exupéry décrit ce qu'il a observé dans un wagon, ramenant dans leur pays d'origine, des familles de mineurs polonais expulsés de France durant les années ‘30. Il s'attarde à décrire deux jeunes parents endormis, guère plus que la trentaine d'années, mais qui ont déjà l'aspect de vieillards, usés par la vie. Entre eux, un enfant blond, merveilleux, "beau comme un petit Mozart" et Saint-Exupéry se demande comment la vie a pu, à ce point-là, défigurer ces parents qui dans leur très jeune âge devaient être eux aussi comme de petits Mozart.
Parfois pourtant, à l'approche de la mort, certaines personnes arrivent à se décharger du poids de leur vie comme pour n'en conserver que la Beauté, une Beauté qui n'est plus celle de l'enfance, mais qui est faite de douceur, de bienveillance, de joie paisible, la Beauté de la Vie quand on a appris à la regarder avec Amour et Gratitude.
Célébrer la Beauté
Cette Beauté de la croissance des êtres à travers les diverses phases de leur vie, il faut savoir prendre le temps de l'admirer et de la célébrer. Des parents attentifs entreront en contact avec leur enfant alors qu'il est encore dans l'utérus maternel et découvriront des moyens de communiquer avec lui. Ils auront découvert quelles sont les musiques auxquelles le foetus réagit avec joie.
Beaucoup de rites de passage méritent d'être célébrés durant la vie et on pense tout naturellement à la naissance, au mariage, à la mort (Voir à ce sujet le bel article de Claire Pinet sur L'urgence spirituelle face à la mort). Mais pense-t-on encore à célébrer les premières menstruations d'une jeune fille par un rituel qui fera de cet événement une fête alors qu'il est vécu trop souvent comme un moment de honte que l'on voudrait cacher ?
N'importe qui peut inventer un beau rituel pour ces moments clés de l'existence : il suffit de se permettre d'être vrais. Beaucoup de rituels, religieux ou autres, conçus pour tous, ne conviennent à personne car nous sommes tous uniques et notre beauté tient à cette unicité et non pas au fait d'être des copies conformes. Les mots qui viennent du coeur font les plus beaux rituels, beaux en ce sens que ce sont eux qui vont rejoindre, dans leur profondeur les gens qui participent à cette fête. Même si je parvenais à réconcilier en moi toutes les dualités, Vie et Mort, Souffrance et Joie, Masculin et Féminin, au point de réaliser l'Unité et la Paix, je dirais à mes descendants de ne pas chercher à m'imiter, mais d'inventer par eux-mêmes le chemin de leur Vérité.
Beauté et Créativité
Avec Lama Govinda, nous avons évoqué les conditions et formes changeantes du monde où nous vivons. Cela nous place en face du choix de vivre par nous-mêmes ou d'être vécus par des leaders politiques, économiques ou financiers, religieux, voire artistiques. Qu'en est-il de notre créativité, de l'intuition artistique qui est en nous ?
Nous avons trop souvent tendance à voir le monde, l'univers comme un ensemble achevé alors qu'il est en perpétuel devenir vers plus d'Amour, de Paix, de Joie, d'Harmonie, de Beauté. La science moderne découvre peu à peu, souvent à son corps défendant, que notre vision du futur a une influence sur ce que ce futur sera. Cette certitude faisait déjà depuis longtemps partie de la sagesse amérindienne : il nous faut rêver un monde de Beauté afin de le faire advenir, afin que la Beauté mène le monde.
La science quantique découvre qu'il y a comme une Source d'énergie qui maintient le monde en existence et que cette énergie se comporte comme une énergie d'Amour. Masaru Émoto, savant japonais, a pu vérifier que des paroles d'Amour et de Gratitude embellissent de façon spectaculaire la façon dont l'eau commence à cristalliser au mo­ment où on l'amène au point de congélation. Une musique qui respecte les règles de l'harmonie musicale a le même effet sur l'eau, alors que le "heavy metal" agit de façon tout à fait opposée. Or nous, les êtres humains, sommes constitués au moins à 70 % d'eau. La Beauté qui nous entoure nous embellit de telle façon qu'à notre tour nous embellissons ce monde en devenir. Divers sites Internet montrent de nombreuses bonnes photos des ces cristallisations de l'eau dans le laboratoire de Masaru Emoto.
Le matérialisme ambiant n'accepte guère le mystère, fut-ce celui de la Beauté. Ne le laissons pas gâcher définitivement l'avenir de notre humanité, ni la Beauté de la planète qui survivrait à un naufrage de la race humaine. Si on va au fond des choses, on découvre que c'est la Beauté qui mène le monde et que l'humanité a le choix de suivre ou de ne pas suivre  cet appel à être plus. 

MySpaceMySpace

Lus pour vous

lupourvousimage

Les éditions passées

no_16.jpg

Suggestions de lecture

l'humanitaire

 


 

Open source productions