À bientôt

Jeudi 18 Janvier 2018

Calendrier des activités

Janvier 2018
D L Ma Me J V S
31 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3

Devenez Publicitaire

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Faire un don

Easy Joomla Paypal Payment / Donations Module

Statistiques du site

  • Unique Visits Today56
  • Unique Visits Yesterday41
  • Visits This Week176
  • Visits Previous Week337

Activité en ligne

Nous avons 30 invités et aucun membre en ligne

MySpaceMySpace

Le commerce du sexe

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Il y a plus de complices qu’on ne le pense

Selon Ève Lamont

 

eve lamontÈve Lamont, réalisatrice militante montréalaise et auteure de L’Imposture (2010), a réalisé un deuxième film relatif à l’industrie du sexe. Rencontrée dans un Café de l’Est de Montréal, elle a accepté de répondre aux questions de Vents croisés que soulève son dernier documentaire, Le commerce du sexe, sorti en 2015.
V.C. : À Vents croisés, nous vous connaissons depuis votre film « Pas de pays sans paysans ». Ensuite, il y a eu « L’imposture ». Êtes-vous toujours dans le même sujet ? Sinon quel est le lien entre vos réalisations ?
E.L. : Je m’insurge contre l’oppression, contre les injustices sociales, contre les inégalités, l’irresponsabilité du point de vue environnemental. Dans ma démarche de cinéaste et citoyenne, je recherche des alternatives et des antidotes inspirants face au système capitaliste qui détruit les ressources naturelles et induit l’exploitation des êtres humains. Qu’est-ce que la prostitution si ce n’est le néo-libéralisme poussé à l’extrême? Il n’y a qu’à voir comment les corps sont instrumentalisés par la pornographie, la manière dont l’empire comme ManGeek (anciennement ManWin), bien implanté à Montréal, offre de la pornographie gratuite sur le web dans le but de rediriger les consommateurs vers des sites payants. Cette multinationale possède la majeure partie des sites pornographiques qu’elle rend accessibles partout, même dans les pays pauvres, avec des applications conçues pour les téléphones intelligents. Malgré le contrôle parental, les jeunes peuvent accéder à du matériel pornographique facilement. Les études révèlent que la plupart des jeunes occidentaux ont visionné de la porno, et ce dès l’âge de 10 ans. Alors que les jeunes ont des questionnements légitimes sur la sexualité, ils se trouvent exposés à la pornographie qui, loin de leur fournir les réponses adéquates, va influencer la représentation qu’ils auront des femmes (toutes des salopes qui veulent être dominées) et leur vision de la sexualité (emphase sur la génitalité, la performance, l’humiliation, la torture, etc.). La pornographie déshumanise les femmes, et comme le démontre bien la sociologue Gail Dines dans mon film, elle a une incidence néfaste sur les relations hommes-femmes. Pour moi, toutes les formes d’asservissement et d’exploitation sont à dénoncer, c’est sans doute ce qui relie tous mes films, avec cette envie profonde de montrer sur quoi l’espoir peut être fondé.

SVP vous abonner pour lire la suite
MySpaceMySpace
Open source productions